Joint de dilatation du béton

Pour réaliser des infrastructures durables en béton, les maçons prévoient des joints de dilatation au niveau des dalles.

Cette technique les préserve de la fissuration et de la rupture. En effet, les variations de température et la pression terrestre entrainent de légers déplacements horizontaux ou verticaux des dalles en béton.

En fonction de la surface couverte, les dalles subissent alors une forte poussée avec des risques d’entrechoquement.

Cela provoquera la fissure ou la cassure desdites dalles. Les joints de dilatation permettent de limiter ce phénomène pour assurer une bonne durabilité de vos infrastructures en béton.

Définition, caractéristiques et avantages

Un joint de dilatation représente un espace d’environ 4 cm créé entre deux structures en béton pour leur permettre de se dilater et de se rétracter sous l’effet des variations de température et de l’hygrométrie sans se dégrader.

Ledit espace se bouche avec un couvre-joint en caoutchouc, en silicone, en aluminium, en acier, etc. Cette technique conserve durablement l’intégrité des infrastructures en béton.

Elle intervient notamment pour la réalisation de dalle en béton sur de grandes surfaces. Elle s’utilise également au niveau des bâtiments mitoyens.

Les maçons peuvent les concevoir eux-mêmes ou recourir aux joints profilés PVC.

Les joints profilés PVC présentent des caractéristiques spécifiques. Ils doivent être fiables, durables et étanches.

Cela empêche que l’eau s’infiltre dans vos infrastructures pour y provoquer de la corrosion. Ils peuvent se démonter.

Ils garantissent la stabilité pour vos ouvrages. Des joints de qualité doivent également être silencieux. Ils peuvent être rehaussés sans difficulté.

Ils doivent supporter sans risque de défaillance les acides et bases dilués ainsi que les hydrocarbures.

Les sels de déneigement et la corrosion ne devraient pas leur porter atteinte. Ils conservent leur efficacité, même en présence des conditions atmosphériques désastreuses.

Les joints de dilatation se révèlent incontournables pour réaliser des revêtements en béton de qualité sur une grande surface.

Ils présentent de nombreux avantages. Les changements climatiques et l’humidité entrainent des dilatations et des retraits des infrastructures en béton ; la mise en place des joints préserve ces ouvrages de toute fissuration.

Cette technique permet de subdiviser une dalle en plusieurs panneaux distincts et indépendants. Les joints de dilatation assurent donc la stabilité des dalles en béton.

Ils servent également à limiter les impacts des tassements différentiels des fondations dus aux pressions verticales et horizontales.

La réalisation de joints de dilatation favorise un séchage idéal des dalles en béton sans retrait thermique et hydraulique.

Cette technique réduit la déformation des ouvrages sous la pression exercée par le vent. Elle diminue les impacts des vibrations provoquées par les véhicules et machines sur un revêtement de sol en béton.

Le recours au joint de dilatation assure la durabilité et la résistance de vos revêtements en béton.

Joint de dilatation du béton en PVC
Joint de dilatation du béton en PVC

Les applications du joint de dilatation du béton

Des joints de dilatation s’imposent pour la mise en place d’une dalle en béton dont la superficie excède 40 m².

L’usage recommande également cette technique pour les dalles en béton de portée supérieure à 15 m. Néanmoins, les maçons professionnels tiennent essentiellement compte des conditions climatiques de votre localité et de la configuration de votre site.

Concrètement, le maçon exploite le joint de dilatation du béton pour morceler une dalle en plusieurs panneaux indépendants.

Il leur confère une forme presque carrée. L’espace de ces joints de dilatation se bouche avec des matériaux résistants et susceptibles de se comprimer.

Généralement, les maçons utilisent des couvre-joints au caoutchouc, au silicone, à l’aluminium, à l’acier, etc. Leur épaisseur doit correspondre exactement à l’espace prévu.

Les joints de dilatation interviennent au niveau du revêtement en béton des cours, des trottoirs, des routes, des espaces communautaires.

Les professionnels y recourent principalement pour les aménagements en béton et pour la sécurisation des murs mitoyens.

devis gratuit

La mise en place du joint de dilatation du béton

Pour obtenir des joints de dilatation du béton, les maçons peuvent les créer eux-mêmes ou installer des joints profilés en PVC.

La réalisation du joint de dilatation du béton

Les joints de dilatation s’imposent sur une surface grande pour empêcher la fissuration et la cassure d’une dalle en béton.

Les maçons professionnels les préconisent également pour les espaces de forme irrégulière. Généralement, un joint de dilatation du béton se pose à des intervalles de 20 ou 30 m2.

Le spécialiste s’assure de les mettre en place de manière proportionnelle sur toute la surface. Ainsi, il pourra prévoir deux joints de dilatation pour une dalle de béton de 50 m2.

Sur une cour de 60 m2, il peut opter pour 3 joints de dilatation.

Pour créer des joints de dilatation, les maçons professionnels utilisent plusieurs techniques. La première procédure consiste à effectuer le coulage en deux temps.

Vous réalisez le premier côté dans la matinée. Vous attendez la soirée pour terminer avec le second côté. Assurez-vous de séparer les deux côtés avec une feuille en polystyrène fine pour créer un espace entre eux. La seconde alternative consiste à découper le béton.

Pour réussir cette tâche, le spécialiste finalise entièrement la mise en place du béton. Ensuite, il se sert d’une disqueuse pour réaliser une découpe franche et transversale.

Enfin, le professionnel peut également aménager la surface par la mise en place de pavés. Il les installe de manière à créer un espace minimal de 4 cm entre eux.

Cela les préservera de tout risque de fissure et de cassure.

Dans le cadre d’une terrasse, le professionnel peut exploiter une feuille de polystyrène pour permettre au béton de se dilater sans provoquer des fissures. Il pose ladite feuille entre la dalle et le mur extérieur.

Généralement, l’espace créé pour la dilatation et le retrait des dalles en béton se recouvre avec des couvre-joints spécifiques.

Joint de dilatation du béton decoupe
Joint de dilatation du béton decoupe

La pose du joint de dilatation du béton

Le professionnel commence généralement par quadriller la surface de travail. Cela lui permet d’identifier les endroits où il devra mettre des joints.

Selon le DTU 20.1, un joint de dilatation du béton intervient à tous les 20 ou 35 mètres. Ensuite, le spécialiste positionne les joints profilés en PVC sur un film polyane et assure leur maintien avec des plots en ciment.

Généralement, il installe les profilés en PVC la veille du jour de coulage. Il patiente que ce support sèche entièrement avant de passer à l’étape de coulage du béton.

Il veille à bien réaliser le tirage du béton. Il peut aussi positionner des joints de dilation aux extrémités de la dalle.

Types de joint de dilatation du béton

Les maçons professionnels recourent à plusieurs types de joints de dilatation. Selon l’objectif et la technique exploitée pour réaliser ces joints, ces derniers prennent des noms spécifiques.

Les joints de fractionnement

Ils représentent les profilés en PVC utilisés par les maçons pour partitionner une grande dalle de béton en plusieurs compartiments de forme presque carrée. Ils visent à empêcher les fissures au niveau de l’ouvrage réalisé.

Les joints de retrait

Après le coulage du béton, il se rétracte d’une façon ou d’une autre lors de son séchage avec un risque élevé de fissure ou de cassure.

Pour empêcher ce phénomène, les maçons y réalisent des traits de scie à tous les 15 ou 20 m. L’intervalle pris en compte varie en fonction des conditions météorologiques locales.

Cette technique s’utilise pour la mise en place des grandes dalles en béton ainsi que pour les voiries en béton.

Les joints à clavetage différé

Pour créer des joints à clavetage différé, le technicien réalise le coulage de la dalle en béton par morceaux de surface modérée.

Il prend soin de laisser des bandes ferraillées aux extrémités. Il intervient après un délai de 90 jours pour achever le coulage desdites bandes.

Cela permet à la dalle de subir des pressions moins intenses lors de ses dilatations et rétractions. Cette technique impose aux professionnels moins de contraintes. Elle se démarque par sa simplicité.

Les joints de rupture

Ils servent essentiellement à morceler les fondations en béton d’une infrastructure pour limiter les impacts négatifs dus aux tassements différentiels.

En effet, certains ouvrages disposent de plusieurs structures avec des poids différents. Ces joints permettent d’assurer leur stabilité.

Les joints parasismiques

Parfois, certains immeubles se retrouvent presque accolés. Cela les expose à un risque d’entrechoquement sous l’effet des variations de température et des pressions de la terre.

En cas de secousses, cette proximité provoque de graves dégâts à leur niveau. Pour prévenir tout désastre, les maçons professionnels prévoient des joints parasismiques d’au moins 6 cm entre les deux bâtiments concernés.

Ce type de joint remplit plusieurs conditions. Il doit être rectiligne et sans baïonnette sur toute la hauteur de l’immeuble.

Les joints de construction

Certains joints de dilatation se mettent en place de façon involontaire. Ainsi, un arrêt prolongé du bétonnage crée systématiquement un joint de construction.

Pour couvrir ces joints, les maçons y introduisent des goujons.

Ces derniers représentent des barres d’acier qui assurent une continuité de l’infrastructure avec la possibilité d’y effectuer des mouvements horizontaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *